L’abrutissement du citoyen, ou comment donner les pleins pouvoirs à l’État

Bien que n’ayant pas écrit depuis un bout de temps sur ce blog, par manque de temps, je ne puis que reprendre mon clavier à deux mains face à cette stupéfiante nouvelle : Luc Châtel souhaite rendre optionnelle l’étude de l’histoire-géographie en terminale S…

L’histoire-géo, optionnelle pour de jeunes garçons et jeunes filles, sous seul prétexte qu’ils se destinent à une carrière scientifique. Je suis absolument révolté par cette idée, et ce à plusieurs titres. Cette réforme me semble absolument gravissime, et je pèse malheureusement mes mots.

En premier lieu, j’ai moi-même fait une école d’ingénieur, et j’ai pu mesurer le grand mépris que pouvait avoir une partie des étudiants pour ce qu’on appelle les sciences molles : langues vivantes, sociologie, histoire, culture générale… dans une société de spécialistes, ils semblent qu’on apprennent aux jeunes à considérer qu’il ne suffit de briller que dans un seul domaine, d’exceller dans un champs particulier pour pouvoir accomplir le travail à laquelle la société nous destine.

Déjà, aujourd’hui, nous pouvons constater un grand appauvrissement de la culture « non-scientifique » des étudiants dans les domaines scientifiques. Hier, on ne concevait pas un ingénieur ou un chercheur qui n’ait pas étudié de langue morte, qui n’ai pas une connaissance approfondi de son histoire, et une maîtrise parfaite de sa propre langue.

C’était hier… depuis, par je ne sais quel mécanisme insidieux que je serais bien en peine d’analyser, cette culture du scientifique « complet » a disparu. Cette situation, que je juge grave, devrait être une problématique de l’Éducation nationale… qui juge au contraire, via son ministre, qu’il faut aller plus loin dans l’abrutissement des scientifiques.

Si cette politique me révolte, c’est pour deux raisons essentielles :

  • Un scientifique sans culture représente potentiellement un grave danger
  • Un scientifique sans culture est manipulable

Je me permets de citer Rabelais, qui s’était fendue d’une phrase pleine de bon sens : « Sciences sans conscience n’est que ruine de l’âme« .

Comment un scientifique peut-il être doté d’une morale, d’une éthique, d’un recul sur son histoire et le contexte social dans lequel il évolue si on fait de lui un spécialiste aveugle ? Priver le scientifique d’une éducation complète, priver le scientifique d’une ouverture sur les sciences molles, c’est lui mettre des œillères.

Dans ces conditions, comment pourra-t’il dire non ? Comment pourra-t’il juger qu’il va trop loin ? Comment pourra-t’il juger qu’on lui demande de cautionner la haine, l’horreur ou je ne sais quel noir dessein ?

Il ne le pourra pas.

Non seulement le scientifique sera devenu un spécialiste soumis, mais pire encore : il sera devenu un citoyen endormi. Il sera incapable d’interpréter son environnement de recherche, son environnement social, son environnement politique parce qu’on l’aura privé de l’éducation qui l’aurait permis.

Je fais un constat : notre société, encouragée par ses politiques, tend de plus en plus à spécialiser ses jeunes. C’est dangereux. Cette mesure n’est qu’une petite brique de plus pour former un mur entre les citoyens et leur pouvoir de rébellion : une population qui n’est pas éduquée est une population soumise. Jusqu’ici, nous fermions les yeux lorsque cela concernait nos ouvriers, jugeant sans doute cela « normal ».

Aujourd’hui, ce mal a progressé, et atteint maintenant les classes sociales supérieures : il est plus que temps de s’inquiéter pour notre démocratie.

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s